La lettre de la défense civile publiée par le Haut comité français pour la défense civile
Publication spéciale par le Haut comité français pour la défense civile
Si la lettre ne s'affiche pas correctement, retrouvez la version en ligne ou la version PDF
Numéro spécial n°3 - 12 Juin 2009
Dossier Pandémie Grippale du HCFDC >HCFDC

Suite à l'actualité récente sur la propagation du virus A/H1N1, le HCFDC met à disposition en consultation publique et gratuite les actes des colloques organisés depuis 2005 sur le thème de la pandémie grippale, une revue de presse spéciale pandémie, ainsi qu'une actualisation de l'ouvrage "Pandémie grippale : Etat de la menace"

Pour les membres, l'ensemble des interventions et médias de ces colloques sont toujours accessibles, et le HCFDC met à disposition une note de synthèse sur l'épidémie du virus A/H1N1, par Michel Curé, Médecin Général Inspecteur (CR) et Secrétaire général du HCFDC.

[Accéder au dossier spécial Pandémie Grippale]

Note de synthèse : L'épidémie de grippe à virus A/H1N1 n°7 >Pour les membres du HCFDC

Par Michel Curé, Médecin Général Inspecteur (CR) et Secrétaire général du HCFDC

[Télécharger la note de synthèse n°7 (membres uniquement)]

Pandémie grippale

Grippe A : l'OMS déclenche la phase 6, le niveau d'alerte maximal pandémique >Agence France Presse IMG110

Cela faisait dix jours que l'OMS préparait activement le terrain pour annoncer l'état de pandémie mondiale et le passage en phase 6. Pour prendre la décision d'enclencher le niveau d'alerte maximal, l'organisation attendait d'avoir des preuves que le virus se propageait bien localement dans une région autre que le continent américain. Il s'agit de la première pandémie déclarée depuis plus de 40 ans par l'organisation et la première du XXIe siècle.
Si la mortalité du virus s'est révélée jusqu'à présent à peu près équivalente à celle de la grippe saisonnière (0,1 %), en dehors du Mexique (0,4 %), alors que celle de la grippe aviaire est de 60 %, le virus pourrait muter et se combiner avec une souche plus virulente, ouvrant la voie à des scénarios beaucoup plus pessimistes.

[Lire la suite]

Qu'est-ce que la phase 6 de l'OMS ? >OMS IMG120

Le soutien apporté aux pays par l'OMS prend trois formes: recommandations techniques, soutien matériel et formation du personnel des systèmes de santé.
Le principal souci de l'OMS est de renforcer et d'appuyer les systèmes de santé des pays les plus démunis. Ces systèmes de santé doivent être en mesure de prévenir, de détecter et de traiter les cas de maladie associée au virus A (H1N1) et d'atténuer les effets de ces maladies.
L'OMS travaille également à la constitution de stocks de médicaments (antiviraux et antibiotiques notamment) et d'un éventuel vaccin pandémique, pour rendre ces produits plus accessibles et plus abordables pour les pays en développement.

[Lire la suite]

La France maintient son niveau d'alerte 5 A >Le Figaro

En décidant de passer du niveau d'alerte 5 au niveau d'alerte 6, Margaret Chan, Directrice générale de l'OMS, a bien précisé que "chaque pays prenait les mesures nécessaires", mais "cela n'impliquait pas que chaque pays passe au niveau 6".
La France, elle, n'a pas souhaité relever son niveau d'alerte. Avec 73 cas avérés, 31 cas en cours d'investigation et 2298 cas déclarés, l'infection progresse pour le moment de manière lente. Cependant la France devra renforcer l'information sanitaire auprès des voyageurs aux Etats-Unis ou au Royaume Uni où la transmission et la diffusion sont plus importantes.
Le nombre d'hôpitaux habilités à recevoir les personnes atteintes par l'infection devrait augmenter. L'isolement ou mise en quarantaine des patients atteints est déjà mis en pratique lors de leur transfert et dans les hôpitaux dédiés.

[Lire la suite]

La pandémie est à nos portes >Le Figaro IMG14

Pour le professeur Antoine Flahault, directeur de l'Ecole des hautes études en santé publique, l'OMS doit relever son niveau d'alerte car la pandémie de grippe H1N1 a déjà commencé.
"Le virus n'est pas le H5N1 de la grippe aviaire, il n'a pas la même virulence ni la même problématique", reconnaît le professeur Antoine Flahault. "On ne va pas fermer les écoles, les transports aériens, interdire les rassemblements et les réunions dans les pays où le virus ne circule pas avec intensité", explique-t-il. Mais il espère que le passage en alerte pandémique, "en adéquation avec la réalité", apporte "beaucoup de réactivité" vis à vis de l'évolution de la situation.

[Lire la suite]

En cas de pandémie, l'AFSSET préconise d'éviter les réunions
et d'arrêter la climatisation
>Agence France Presse IMG18

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) recommande, en cas de circulation du virus de la grippe (niveau d'alerte 6), d'éviter les rassemblements dans les bureaux et de surveiller la ventilation des pièces. Pour protéger les occupants des bâtiments collectifs, il conviendrait d'inviter les personnes potentiellement contaminées à ne pas fréquenter les bâtiments publics et les immeubles de bureau, et d'éviter les rassemblements dans une même pièce. A défaut, il est recommandé de respecter une distance de sécurité d'au moins 2 mètres entre chaque personne. L'Afsset souligne encore qu'en situation pandémique les mesures d'hygiène individuelle --lavage des mains, port du masque...-- doivent rester "absolument prioritaires".

[Lire la suite]

Les conséquences économiques d'une pandémie >Les Echos

Selon l'analyse de Vincent Balouet, le risque de pandémie grippale pour une entreprise se divise très clairement en deux dossiers. D'une part, le risque sur la sécurité des salariés, la protection des personnes, etc. D'autre part, le risque de continuité d'activité. En phase de montée en charge de la crise, le risque majeur pour une entreprise est de laisser monter l'inquiétude des salariés qui concluront que l'entreprise n'est pas préparée, surtout en comparant ses actions à celles des grandes entreprises d'infrastructure.

[Lire la suite]

La Banque mondiale se prépare contre la pandémie >Actualites-news-environnement IMG111

La Banque mondiale a eu recours aux procédures accélérées pour approuver un financement de 500 millions de dollars destinés à aider les pays à financer des activités de prévention et de lutte contre la pandémie de grippe A. Au total, 57 pays ont bénéficié de ce Programme mondial de lutte contre la grippe aviaire pour un engagement total d'une valeur de 421 millions de dollars.
Pour Jeff Gutman, Vice-président de la Banque mondiale, " les hypothèses les plus pessimistes de la pandémie de grippe anticipent un impact économique considérable, les pauvres des pays en développement pouvant être les plus durement frappés. " Pour lui " la coordination à l'échelle de la planète est aussi un facteur clé du succès des efforts visant à endiguer la propagation du virus."

[Lire la suite]

L'ECDC appelle à se préparer à pandémie longue mais modérée >European Centre for Disease Prevention and Control IMG116

Le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC, Stockholm) a relayé le passage au niveau 6 de l'alerte pandémique décrété par l'OMS. Il juge que la sévérité de cette pandémie est, du moins pour l'instant, modérée, mais que l'état de pandémie pourrait se prolonger pendant plusieurs mois. Aucune consigne de fermeture des frontières n'a été donnée, ni de restriction des échanges et du commerce internationaux, du fait qu'il est évident maintenant que de telles mesures ne pourraient interrompre l'extension de la grippe et seraient en fait des mesures contre-productives pour les économies nationales et internationales.

[Lire la suite]

Face à la Grippe A, créons une force de réflexion rapide >Le Monde IMG19

Dans un entretien au Monde, Patrick Lagadec, directeur de recherche à l'Ecole polytechnique et spécialiste de la gestion de crise et du risque, invite à ne pas se contenter d'établir des prescriptions techniques, mais surtout à se préparer à l'imprévisible.
" Vaut-il mieux pécher par excès de précaution, en prenant des mesures très contraignantes (rassemblements interdits, arrêt des manifestations sportives, etc.), ou décider de ne pas le faire compte tenu de leurs conséquences économiques et sociales ?" Le grand changement, selon lui, est la mutation du pilotage face à la crise. Il nécessite de se focaliser sur des logiques de décisions plus que sur les plans à dérouler.

[Lire la suite]

Recours de la médecine traditionnelle chinoise contre la grippe A >China Daily IMG15

Un groupe de travail a été initié par le Ministère de la Santé chinois, regroupant des dizaines d'experts, avec pour mission de contenir la grippe par une approche empreinte de médecines traditionnelles chinoises. Les traitements en terme de dosage et de choix des herbes sont adaptés à chaque patient en fonction de ses sexe, âge et symptômes. Dans l'hôpital de Pékin traitant les malades touchés par la grippe A, la médecine traditionnelle chinoise aurait montré une certaine efficacité sur tous les patients en cours de traitement : neuf d'entre eux sont déjà guéris et ont pu quitter l'hôpital. Le ministre de la Santé, Chen Zhu, signale que l'anis étoilé, depuis longtemps utilisé en Chine en médecine contient l'un des composants principaux utilisés pour synthétiser le Tamiflu.

[Lire la suite]

La Commission européenne pour une stratégie commune de vaccination >Agence France Presse IMG17

La Commission européenne a prôné mardi une stratégie commune de vaccination contre la grippe porcine pour définir des populations à traiter prioritairement, au moment où le risque de pandémie se rapproche, mais les pays de l'UE veulent un temps de réflexion.
"Je crois que c'est très important que les Etats membres se mettent d'accord sur les modalités de production, de disponibilité et de distribution des vaccins", a déclaré la commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou à l'occasion d'une réunion des ministres européens de la Santé à Luxembourg.
"Nous n'aurons pas dès le premier jour des quantités énormes de vaccins disponibles" et "nous devons établir des groupes prioritaires de personnes à vacciner en premier", a estimé la commissaire.
Deux catégories pourraient être ciblées: les personnes travaillant dans des services jugés essentiels (soit environ 5% de la population européenne, ou 25 millions de personnes) et les plus vulnérables du fait de leur âge ou de leur condition physique (environ 30% de la population, soit 150 millions de personnes).

[Lire la suite]

Sanofi-Pasteur reçoit une première commande de vaccins
du Département Américain de la Santé
>Sanofi Pasteur IMG16

Ce premier contrat de 190 millions de dollars signé entre Sanofi Pasteur et le gouvernement américain permet au Département Américain de la Santé d'acheter des doses de vaccin grippal contre des virus à potentiel pandémique. Le vaccin sera produit sous forme de vrac, le dosage final qui sera retenu pour le nouveau vaccin devra être déterminé sur la base des résultats d'essais cliniques qui pourraient démarrer dès le mois d'août. La production du nouveau vaccin A(H1N1) pour le Département Américain de la Santé se fera dans un premier temps dans la nouvelle unité de production de vaccin grippe récemment homologuée à Swiftwater, en Pennsylvanie.

[Lire la suite]

Dans la course au vaccin, le suisse Novartis prend la tête >Le Temps (Suisse) IMG115

Spécialisé dans la production de vaccins contre la grippe saisonnière, le géant pharmaceutique Novartis vient d'annoncer la production d'un premier lot de vaccins contre la grippe A, pour une mise à disposition "d'ici l'automne". C'est en ayant recours à la production par culture cellulaire, plus rapide que la production sur oeufs que le laboratoire a réussi à préparer un premier lot de vaccins avec "plusieurs semaines d'avance sur le calendrier". Novartis espère "être en mesure d'augmenter rapidement" la production de vaccins, avec des essais cliniques programmés pour juillet et l'obtention d'une licence "d'ici l'automne". Son procédé pourrait permettre la production de millions de doses par semaine, alors qu'un deuxième laboratoire est actuellement en construction à Holly Springs, en Caroline du Nord, aux Etats-Unis. Plus de 30 gouvernements ont effectué une demande auprès de Novartis pour obtenir "les ingrédients du vaccin contre le virus A(H1N1)". Fin mai, le ministère américain de la Santé (HHS) avait passé commande pour 289 millions de dollars pour la production d'un vaccin.

[Lire la suite]

Cinq membres d'équipage d'un paquebot de croisière atteints de la grippe A >Reuters IMG112

Cinq membres d'équipage d'un paquebot de croisière américain ayant présenté des symptômes de grippe lors d'une escale en Alaska (nord-ouest) étaient atteints du virus A(H1N1). Ces cinq personnes, travaillaient à bord du Zandaam, un paquebot de la compagnie Holland America qui effectuait une croisière entre l'Alaska et Seattle (Etat de Washington, nord-ouest), qui s'est terminée le 5 juin. Les malades avaient été placés en isolement dans leurs cabines, et ont guéri depuis, tandis qu'aucun autre passager n'a été atteint.

[Lire la suite]

Comment New York se mobilise contre la grippe A >Le Monde IMG113

Dès fin avril, les autorités sanitaires de New York ont préféré adopter une stratégie de gestion "douce" de la crise, avec comme premier objectif d'assurer la prise en charge des cas les plus graves tout en évitant l'engorgement des services d'urgence des hôpitaux. Pour cela une campagne de communication a été lancée pour expliquer l'attitude à adopter : ne se rendre à l'hôpital qu'en cas de symptômes graves. Pour suivre la situation au jour le jour, un système de commandement de crise a été mis en place au sein du département de la santé. Une procédure de remontée des informations depuis les services d'urgence et de soins intensifs des hôpitaux de la ville a été mise au point. Une section s'occupe spécifiquement des écoles, une autre des établissements pénitentiaires.

[Lire la suite]

Retour au sommaire

Citations

CITATION119

La pandémie de grippe 2009 a maintenant commencé.

Nous sommes dans les tout premiers jours de la pandémie. Le virus se propage mais nous le maintenons sous très étroite surveillance.

Aucune pandémie antérieure n'a été décelée aussi tôt ni surveillée d'aussi près, en temps réel, dès le tout début. Le monde peut maintenant recueillir le fruit des investissements consentis depuis cinq ans pour la préparation en cas de pandémie.

Nous avons une longueur d'avance. Ce qui nous place en position de force. Mais c'est également pour cela que l'on sollicite notre avis et que l'on nous demande de rassurer car les données dont on dispose sont limitées et l'incertitude scientifique reste considérable.

Des recommandations concernant les mesures spécifiques de protection et de précaution ont été adressées aux ministères de la santé de tous les pays. Les pays qui n'enregistrent pas de cas ou peu de cas doivent rester vigilants.

Les pays où la transmission est étendue devraient se concentrer sur la prise en charge appropriée des patients. Le dépistage et l'investigation des cas devraient être limités car ce sont des mesures qui demandent beaucoup de moyens et qui peuvent très rapidement épuiser les capacités.

L'OMS a maintenu un dialogue étroit avec les fabricants de vaccins antigrippaux. Il semble que la production des vaccins contre la grippe saisonnière s'achèvera sous peu et que l'intégralité de la capacité de production pourra être exploitée pour fabriquer le plus grand nombre possible de vaccins contre la grippe pandémique au cours des mois à venir.

Nous sommes tous concernés et c'est tous ensemble que nous ferons face.


Dr Margaret Chan, Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé - le 11 juin 2009
>Lire l'intervention

  CITATION118

"Nous avons décidé de proposer au Premier ministre de rester en phase 5A, qui nous paraît aujourd'hui répondre aux besoins (...) Il a accepté" a déclaré la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie.
"Nous ne sommes pas, en France, dans une situation qui justifierait des mesures draconiennes telles que l'arrêt du trafic aérien, de la circulation ferroviaire, la fermeture des écoles, des crèches, la restriction des réunions, la suppression des spectacles et des grandes manifestations sportives".
"Ce serait des mesures disproportionnées", a-t-elle souligné, se félicitant que "des mesures de précaution" telles que "pré positionnement des masques et des antiviraux et information aux voyageurs" aient permis de "limiter la diffusion du virus".


“Nous avons réuni un groupe d'experts qui ont unanimement confirmé que la situation n'impliquait pas le passage au niveau 6 ou 5 B” a déclaré la ministre de la Santé. "Nous n'avons pas à ce jour (...) de circulation active du virus au sein de la population et aucune forme grave n'a été signalée", a-t-elle ajouté.
Roselyne Bachelot a par ailleurs indiqué que les procédures d'information des passagers allaient être renforcées dans les aéroports, les ports, les gares. "Il faut que chacun prenne conscience du rôle qu'il peut jouer".

Mme Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur ; Mme Bachelot, ministre de la Santé - Point presse à l'issue de la réunion de la cellule interministérielle de crise au ministère de l'Intérieur, le 12 juin

  CITATION122

Nous nous sommes préparés depuis plusieurs années à une pandémie grippale. Nous disposons aujourd'hui de masques et d'un stock diversifié d'antiviraux, oseltamivir et zanamivir, au total 33 millions de traitements, qui permettraient de traiter rapidement les malades et de limiter la contagion. Si la situation l'exige, ces traitements seront distribués, le moment venu, dans les pharmacies, de façon progressive.

Il n'y a pas de vaccin disponible aujourd'hui, mais les industriels disposent désormais de la souche du virus. On sait qu'ils seront capables de produire des vaccins dans quelques mois, probablement à l'automne. Reste une incertitude sur le rendement de leur production. Notre stratégie vaccinale, elle, reste à définir, en lien avec l'OMS et les agences sanitaires. On ne sait pas encore qui il faudra vacciner en priorité, parce qu'on ne sait pas précisément quelles populations seront les plus touchées. Les personnes âgées ? Les enfants ? Nous ne pouvons pas répondre à ces questions pour le moment.

Didier Houssin, Directeur général de la Santé - Entretien au quotidien Les Echos le 12 juin 2009
>Lire l'intervention

Evenements

COLLOQUE Colloque :
"Situation Pandémique"

en partenariat avec le Délégué Interministériel à la lutte contre la grippe aviaire

Jeudi 23 Avril 2009 à l'INHES,
St-Denis la Plaine
Paris

Alors que la menace de la pandémie grippale était essentiellement attendue du côté des volatiles, un nouveau virus a commencé à se manifester courant du mois de mars 2009 au Mexique : le virus grippal A/H1N1 ou virus dit porcin.

Au 10 juin 2009, 66 pays ont rapporté officiellement 26855 cas confirmés de grippe A(H1N1) avec 144 décès. Les pays les plus touchés actuellement sont les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. En France, la situation au 10 juin est la suivante : 73 cas confirmés dont 65 importés. Une alerte pandémique maximum de grippe A(H1N1) de niveau 6 a été décrété par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le 11 juin dernier. La menace d'une deuxième vague pandémique à l'automne prochain au moment de l'apparition de la grippe saisonnière reste très vraisemblable et c'est pourquoi le Haut comité pour la défense civile a souhaité organiser une journée de travail sur ce thème de forte actualité et d'intérêt majeur.

Le Haut comité français pour la défense civile, sensibilisé depuis des années aux questions de crises sanitaires et plus particulièrement à l'évolution de la menace pandémique, organise cette année son sixième colloque en partenariat avec le Délégué interministérielle à la grippe aviaire, le Pr. Didier Houssin. Même si le virus H1N1 reste aujourd'hui le plus menaçant, avec le retour plus virulent de la souche pathogène l'automne prochain, il ne faut pas pour autant négligé la menace d'une pandémie grippale de type H5N1 ou grippe aviaire, qui reste toujours existante.

Ce colloque sera donc l'occasion de faire un état de la situation pandémique au sens large, tout en mettant l'accent sur la gestion de la crise pré-pandémique de ce printemps 2009 et l'état de préparation des pouvoirs publics à la crise sanitaire. Après un point sur la réponse sanitaire, il sera important de faire un point sur la réponse économique face à la menace pandémique, en terme notamment de continuité d'activité à tous les niveaux de la nation. Enfin, nous analyserons la gestion médiatique de la crise et les attentes des médias.

>Informations et inscriptions en ligne   Les formations à la sécurité globale du Haut comité "PCA & Gestion de crise en Pandémie"

Acquérir les outils indispensables pour préparer l'entreprise à une pandémie : organiser et gérer la continuité d'activité en phase aigüe de pandémie.

Au cours de la matinée, des experts apporteront leur point de vue sur la problématique de la pandémie. Ils apporteront leur éclairage sur les scénarios probables de pandémie, sur les mesures énoncées dans le plan national pandémie grippale et leurs déclinaisons au sein de l'entreprise.

Un exercice de simulation de 2h30 permettra aux participants de se confronter aux réalités concrètes de la mise en oeuvre du PCA et d'une cellule de gestion de crise. Il permettra d'identifier les points clés à approfondir dans le cadre de leur PCA et de leur dispositif opérationnel.

Prochaines sessions :
> 8 Juillet
> 9 Juillet
> 21 Juillet
> 22 Juillet
> 2 Septembre
> 16 Septembre
>Plus d'informations sur la formation "PCA & Gestion de crise en Pandémie
>Les formations à la Sécurité Globale  
 

Par le HCFDC

Pandémie Grippale : Etat de la Menace Par le HCFDC
COUV

Présentation : Devant l'ampleur des enjeux sociétaux posés par l'éventualité d'une pandémie grippale, le HCFDC a souhaité remplir pleinement sa mission en mobilisant tous ses membres et en mettant à disposition ses travaux sur ce dossier sanitaire primordial.

C'est ainsi que depuis 2005, avec l'appui de la Délégation interministérielle à la lutte contre la grippe aviaire, le Haut comité a organisé cinq colloques techniques sur la pandémie grippale. Ces rencontres ont permis de dresser un état réel de la menace afin d'aider le secteur privé et les collectivités locales dans leur préparation contre le risque pandémique au profit des populations.

Durant ces colloques sur le thème de la pandémie grippale organisés par le HCFDC depuis 2005, un très grand nombre d'experts et d'acteurs du monde de l'entreprise, de la sécurité globale, de l'urgence et des secours ont analysé les multiples aspects sociétaux posés par une crise pandémique appelée à durer plus d'une centaine de jours et touchant une grande partie de la population.
L'épidémie s'annonçant mondiale, les réflexions et la préparation de nos partenaires européens ont également pu être présentées au cours de ces colloques où tous les acteurs engagés dans la lutte contre la menace pandémique ont pu confronter leur expérience, partager leur expertise et échanger les bonnes pratiques.

Cet ouvrage est la synthèse des interventions et des fructueux échanges qui ont eu lieu au cours de ces cinq colloques organisés par le Haut comité.

>Télécharger l'ouvrage actualisé (PDF)
>Bulletin de commande pour l'édition d'Octobre 2007
logo La Lettre de la défense civile est une publication destinée aux adhérents du Haut Comité Français pour la Défense Civile.
Directeur de la publication : Paul Girod
Président du comité de rédaction: Christian Sommade
Rédacteur en chef : Christophe Boucher
Conception/Réalisation PAO : François Deschamps
© 2008